lun.

04

avril

2016

JB Lenoir et l'Alabama Blues

Né le 5 mars 1929, à Monticello, Mississippi, il commence à apprendre la guitare très tôt, partageant ses journées entre le travail aux champs la journée, et l'apprentissage de la guitare le soir.

Très connu pour ses costumes rayés et son jeu de scène, mais aussi et surtout pour sa voix au timbre si particulier, il joue en 1949 dans les clubs de Chicago, en compagnie de Big Macéo, Muddy Waters et surtout Memphis Minnie.  Durant cette période, il écrira plusieurs standard du blues comme : "Don't Dog Your Woman", "Mojo boogie" en 1953, puis l'année suivante, le controversé "Eisenhower blues" qui deviendra plus prosaïquement "Tax paying blues". Mais c'est surtout "Mama talk to your daughter" qui fait de J.B. Lenoir une vedette du Chicago blues.

Mais c'est à partir des années 60, avec "The Civil Rights Movement", qu'il évolue vers des textes sur le racisme ou au contenu politique plus engagé, avec le très célèbre "Alabama Blues", abandonnant la guitare électrique au profit de l'acoustique.

ALABAMA BLUES ne sortira qu'en 1965, JB Lenoir profitant de sa tournée Européenne pour le faire graver, suivi en 1966 de "Down In Mississippi", qui ne sera édité que grâce à John Mayall... les américains n'étant pas encore prêts à suivre l'engagement contenu dans ses textes.

Connu pour sa gentillesse, malgré les textes parfois virulents de ses chansons, JB Lenoir a encouragé énormément d'artistes, noirs et blancs.

Il décèdera en 1967 des suites d'un accident de la route et John Mayall lui dédiera deux chansons : "I'm Gonna Fight for You J.B." et "Death of J. B. Lenoir".

Il repose au Salem Church Cemetery de Monticello, sa ville de naissance.