mar.

01

déc.

2015

Sylvester Weaver, pionnier du "slide guitar style"

Né en 1897 dans le Kentucky, c'est dans le quartier populaire de Smoketown, à Louisville, qu'il va passer la majeure partie de sa vie, alternant la musique et des emplois de portier, concierge ou chauffeur...

C'est en novembre 1923 qu'il enregistre à New-York sous le label Okeh Records, les deux premiers morceaux de country-blues instrumentaux, l'un a la guitare, l'autre au banjo. Ces enregistrements ("Guitar Blues" et "Guitar Rag") seront aussi les tout premiers réalisés utilisant la méthode du "slide"... appelée aussi "bottleneck", du nom du petit accessoire cylindrique ressemblant au goulot d'une bouteille, que l'on fait glisser sur les cordes pour faire varier la hauteur de la note.

Parfois accompagné par Sara Martin, puis par Walter Beasley et la chanteuse Helen Humes, Weaver utilisant toujours la technique du slide avec un couteau, enregistrera une cinquantaine de morceaux jusqu'en 1927, année de son retour dans sa ville natale où, retourné à l'anonymat, il restera jusqu'à sa mort en 1960.

En 1992, sa carrière sera honorée par une compilation de deux CD, réunissant l'intégralité de ses morceaux, et une pierre tombale sera gravée en son honneur par la Kentuckiana Blues Society (KBS) basée à Louisville.

C'est en outre depuis 1989 que la KBS choisira d'honorer chaque année un bluesman méritant d'un Sylvester Weaver Award...


Cette chronique est dédiée à notre grand ami Jimi Barbiani... digne héritier de ces bluesmen quant à la pratique du slide.