dim.

27

avril

2014

T-Bone Walker, précurseur de l'électric blues

Imbibé de musique dès son enfance, c’est à sa mère qu’il doit son initiation... Aaron Thibeaux, surnommé « T-Bone », apprend instinctivement à chanter et, dès 1925, danse et joue du banjo dans une troupe itinérante rurale.
En 1929, sous le nom de Oak Cliff T-Bone (Oak Cliff est le nom du quartier de Dallas où il vit avec sa mère), il remporte un concours de jeunes talents qui lui donne le droit de suivre sur scène et travailler aux côtés de l’un des chanteurs des revues noires les plus célèbres d’Amérique, Cab Calloway. La même année, il signe chez Columbia Records et enregistre deux titres frappés du sceau « blues texan ».
 A peine âgé de 20 ans, maîtrisant déjà les fondamentaux du blues, Walker découvre alors le monde du jazz.

En 1934, il part s’installer sur la côte ouest, à Los Angeles, plongée en plein essor du Rhythm’n’ Blues. Rapidement adopté par des orchestres de swing, il développe ses talents de compositeur et décide de mélanger le swing des big bands de jazz avec le blues texan de ses origines. C'est avec l’idée d’utiliser l'amplification électrique, qu'il devient le premier guitariste de blues à connaitre une telle renommée à la guitare électrique.
 
La coqueluche de la Californie enregistre alors, en 1940, une compilation des titres phares de son répertoire, l’album T-Bone Blues et se produit sur les plus grandes scènes. Au moyen de sa Gibson ES-250 et son ampli EM-185, ce grand showman « électrise les foules »... et l’expression est ici de mise. Sa signature avec le nouveau label californien Capitol, à partir de 1942, en fait officiellement une des vedettes du blues urbain de la côte ouest, caractérisé par des tempos alanguis, des compositions sentimentales aux atmosphères éthérées…

Sa chanson légendaire « Call It Stormy Monday », figure sur son troisième disque qui sort en septembre 1947. Elle sera reprise par des générations de bluesmen.

Il fait aussi une belle carrière en Europe et enregistre quantité de disques, jusqu'à sa mort en 1975. D'un niveau très élevé, ils constituent le témoignage de l'une des personnalités les plus importantes de l'histoire du blues.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Spencer Mclane (dimanche, 05 février 2017 03:10)


    It is the best time to make some plans for the long run and it is time to be happy. I've learn this put up and if I could I desire to counsel you few interesting things or advice. Maybe you can write next articles referring to this article. I desire to learn even more issues approximately it!